Partagez | 
 

 nys + they say that time's supposed to heal you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



♥️ I know I'm not the only one ♥️
You and me we made a vow for better or for worse. I can't believe you let me down but the proof is in the way it hurts. ♥️ You say I'm crazy, 'cause you don't think I know what you've done, but when you call me baby, I know I'm not the only one.
> messages : 137
> arrivé(e) le : 12/04/2016
> pseudo : the mad hatter
> avatar, © : julianne hough, ©scarlet glasses
> DC : gwen withfield & lexa mayberry
> âge : vingt-six ans
> ♡ statut civil : mariée en fuite
> études/métier : urgentiste
> à savoir sur moi : c'est top secret


MessageSujet: nys + they say that time's supposed to heal you Dim 17 Avr - 12:05

Nys Westergard
they say that time's supposed to heal you

PRÉNOM(S) + nys. NOM + westergard. ÂGE + vingt-six ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE + 17 avril 1990 à stockholm. ORIGINES ET NATIONALITÉ + suède. ORIENTATION SEXUELLE + hétérosexuelle. STATUT CIVIL + mariée en fuite. ÉTUDES/MÉTIER + urgentiste. TRAITS DE CARACTÈRE curieuse + généreuse + têtue + intelligente + rancunière + bosseuse + maniaque. GROUPE + blackberry.
This is your fairytale
A QUELLE FRÉQUENCE CHANGES-TU DE SMARTPHONE ?
a. tous les mois, il est important d'avoir le dernier smartphone.
b. deux à trois fois dans l'année, j'ai tendance à les lâcher un peu trop souvent par terre.
c. chaque année, ou presque.
d. smartphone ? C'est quoi ça ?

LORSQUE TU FAIS DU SHOPPING, TU ES PLUTÔT DU GENRE À :
a. faire tous les magasins et ressortir avec deux ou trois sacs par boutique.
b. passer uniquement dans les boutiques qui te plaisent, mais avoir tout de même le coffre remplit au final.
c. acheter que le nécessaire, mais se permettre parfois quelques petits plaisirs.
d. rester assis dans un bar à boire des verres en attendant que tes amis finissent leur shopping.

COMBIEN DE TEMPS DURENT TES RELATIONS AMOUREUSES EN MOYENNE ?
a. une nuit, c'est le maximum que je puisse supporter.
b. quelques semaines, mais faut pas que ça devienne sérieux.
c. trois, quatre ans et puis je change. On s'en lasse à la longue.
d. pour la vie, sinon à quoi bon se lancer.

TON ARGENT, TU LE GÈRES COMMENT ?
a. Très mal, mon compte est toujours en rouge à la fin du mois.
b. Ça dépend des mois et de mes envies.
c. Plutôt bien, mais je me sers la ceinture pour éviter d'être à sec à la fin du mois.
d. Très bien, j'ai un compte épargne bien rempli.

SI TU TE RETROUVES SUR UNE ÎLE DÉSERTE, TU VOUDRAIS EMPORTER QUOI AVEC TOI ?
a. Mon smartphone, je ne peux tout simplement pas vivre sans.
b. Toute ma garde robe, autant que je puisse au moins être toujours à la mode.
c. Un bon livre, histoire de pouvoir m'occuper sur cette île.
d. Mon petit kit du survivant, couteau, etc., un peu à la koh-lanta.

LE SOIR CHEZ TOI, QU'EST-CE QUE TU FAIS ?
a. Je me pose directement devant la télévision et zappe sur les émissions débiles.
b. Je fais le ménage chez moi, il faut que tout soit toujours bien rangé.
c. Je profite d'aller faire un peu de sport, garder la forme c'est important.
d. J'appelle quelques amis et je passe une partie de la soirée avec eux.
20 CHOSES À SAVOIR SUR MOI + je suis fille unique + je suis très proche de ma grand-maman + je suis en ville pour avoir un nouveau départ + je ne veux plus entendre parler de marriage et d’amour + j’ai perdu ma mère quand j’avais 7 ans + mon père a des ennuis de santé + visiter mon père à l’hôpital a failli me faire changer de carrière + j’ai du payer toutes mes études avec des petits jobs et des emprunts + j’ai accepté d’épouser un étranger pour qu’il ait le droit de vivre en Europe en échange d’une grosse somme d’argent pour aider mon père + j’ai fait mes études à l’université de Stockholm + mon père s’est remarié et j’ai une demi-sœur quelque part en Suède + je m’en veux d’oublier ma maman avec les années + je ne connais presque personne en ville + j’ai déménagé pour m’éloigner de mon mari et des mensonges + j’ai prétendu à tout le monde que j’avais épousé Kyle pour de vrai + j’ai de la peine à m’attacher aux gens + je suis très secrète + je suis trop maniaque et même si cela veut dire que je suis organisée, ça me complique la vie+ je supporte mal de ne pas contrôler la situation + je vis seule.
We all want a happy ending
PRÉNOM ET PSEUDO + the mad hatter – hélène. ÂGE + vingt-trois ans. COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? + en le créant. FRÉQUENCE DE CONNEXION + tous les jours normalement. SCÉNARIO OU PI ? + création personnelle. LE MOT DE LA FIN + vous avez rien compris, c'est pas la fin, c'est que le début.


Dernière édition par Nys Westergard le Mar 5 Juil - 18:45, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



♥️ I know I'm not the only one ♥️
You and me we made a vow for better or for worse. I can't believe you let me down but the proof is in the way it hurts. ♥️ You say I'm crazy, 'cause you don't think I know what you've done, but when you call me baby, I know I'm not the only one.
> messages : 137
> arrivé(e) le : 12/04/2016
> pseudo : the mad hatter
> avatar, © : julianne hough, ©scarlet glasses
> DC : gwen withfield & lexa mayberry
> âge : vingt-six ans
> ♡ statut civil : mariée en fuite
> études/métier : urgentiste
> à savoir sur moi : c'est top secret


MessageSujet: Re: nys + they say that time's supposed to heal you Dim 17 Avr - 12:06

Once upon a time
they say that time's supposed to heal you

Nys Westergard, tu as exactement trois secondes pour venir ranger tes jouets ! J’avais beau être quelqu’un de maniaque, c’était quelque chose qui était venu avec les années. J’avais très certainement été la petite fille la plus bordelique qui soit. Étant fille unique, j’étais au centre de l’attention de mes parents, sans pour autant être pourrie gâtée. La maison dans son ensemble était ma salle de jeu et, à cinq ans, j’avais de la peine à comprendre pourquoi mes parents voulaient absolument que je remette tous mes jouets à leur place dans le coffre de ma chambre si j’allais de toute façon les ressortir dès que j’aurais deux minutes pour jouer. Enfin bon, au vu du ton de ma maman, ce n’était pas le moment de discuter de ça. Déjà cinq minutes que je l’ignorais, je ne pouvais que difficilement le faire plus longtemps sans en subir les conséquences. J’arrive maman… Ma mère travaillait encore à plein temps à ce moment-là et je passais régulièrement les journées avec ma mamie comme babysitter. Contrairement à sa fille, Mamie Gâteau, comme je l’appelais, n’était pas très stricte et trouvait trop mignon mes jouets dans tous les coins de la maison. Dès le retour de maman, Willa – le vrai nom de ma grand-mère – rentrait chez elle et je faisais de mon mieux pour repousser le moment où je devrais ranger. Tu pourrais ranger pendant que Mamie est là au lieu de toujours tout laisser traîner jusqu’à ce que j’arrive, tu sais. Je comprenais ma mère qui en avait marre de toujours passer pour la vieille pénible comparé à sa mère puisqu’elle devait passer derrière pour me faire nettoyer le bordel que sa génitrice m’avait laissée créer durant la journée. Je sais maman, mais Mamie Gâteau est d’accord avec moi, ça sert à rien de tout ranger pour tout ressortir après.. Comme toutes les grands-mamans, Willa était plus permissive que mes parents. C’était quelque chose d’inné chez les grands-mamans visiblement, mais puisque c’était tout à mon avantage, je n’allais pas me plaindre. ah si ma mère est d’accord…. Même si maman était très contente d’avoir une babysitter gratuite pendant la semaine alors qu’elle était obligée de travailler, elle n’avait pas la meilleure relation imaginable avec sa mère. J’étais la chose qui les rapprochait et j’aimais bien les voir s’affronter pour mon affection. Je ne cherchais pas trop à en profiter pour ne pas envenimer leur relation – je détestais voir que les deux femmes les plus importantes de ma vie se disputer – mais quand je pouvais obtenir une glace ou alors un petit biscuit supplémentaire je n’allais pas m’en priver. Après tout, j’avais cinq ans, pouvoir regarder la télé au lieu de devoir faire mes leçons était quelque chose que je n’allais pas refuser. Mon père avait une bonne relation avec Willa alors c’était souvent lui qui devait s’assurer que ma maman ne dépassait pas les limites lors de leurs discussions pour s’assurer que j’aurais une babysitter le lendemain.
Où est maman ? Elle rentre quand ? J’avais beau adorer ma grand-maman et sa permissivité, la personne que j’aimais le plus sur cette planète était ma mère. Bien entendu, j’adorais aussi mon père, mais je n’avais pas la même relation avec lui qu’avec maman. Elle arrive Nys, calme-toi. Mon père avait insisté pour un nom court, puisqu'il ne voulait pas que j'aie de surnom. dring dring driiiiing dring dring driiiiing Le téléphone sonna alors que nous étions en train de ranger mes jouets. J’avais maintenant 7 ans et même si grand-maman s’occupait toujours de moi en dehors des heures d’école, maman avait obtenu quelques concessions de la part de sa mère. Je devais maintenant ranger mes jouets dans ma chambre avant le retour de mes parents. Je… quoi ? Oh mon dieu… Oui, Luke je m’occupe d’elle. Donne-moi des nouvelles dès que tu peux. Ce soir-là, mes parents ne rentrèrent pas. Une fois que nous fûmes assises à table pour souper – Willa avait commandé de la pizza, chose qu’elle ne faisait jamais habituellement puisqu’elle préférait nettement cuisiner elle-même – ma grand-maman m’annonça que ma maman avait eu un accident de voiture pendant qu’elle rentrait chez nous et qu’elle était actuellement à l’hôpital. Mais elle va revenir quand à la maison ? J’avais l’habitude que ma grand-maman s’occupe de moi, mais j’avais aussi l’habitude que ma mère soit celle qui vienne me dire bonne nuit. Je ne sais pas Nys, je ne sais pas. Pour la première fois de ma brève existence, je vis des larmes apparaître aux coins des yeux de ma grand-maman. Naïve que j’étais je voulus la consoler. Elle doit revenir demain de toute façon, parce que j’ai mon spectacle de danse et elle a promis qu’elle serait là. Willa évita de me répondre et m’encouragea plutôt à aller regarder un dessin animé à la télé. Je l’entendis ensuite pleurer, mais à cet âge-là je choisis d’ignorer ses pleurs pour ne pas l’embêter et je regardai donc mon film jusqu’à la fin. Je m’endormis peu avant le générique et ce fut ma grand-maman qui me mit au lit ce soir-là. Je fis des rêves étranges de camion parlant et de ma maman, sans pouvoir comprendre.


Dernière édition par Nys Westergard le Jeu 7 Juil - 13:20, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



♥️ I know I'm not the only one ♥️
You and me we made a vow for better or for worse. I can't believe you let me down but the proof is in the way it hurts. ♥️ You say I'm crazy, 'cause you don't think I know what you've done, but when you call me baby, I know I'm not the only one.
> messages : 137
> arrivé(e) le : 12/04/2016
> pseudo : the mad hatter
> avatar, © : julianne hough, ©scarlet glasses
> DC : gwen withfield & lexa mayberry
> âge : vingt-six ans
> ♡ statut civil : mariée en fuite
> études/métier : urgentiste
> à savoir sur moi : c'est top secret


MessageSujet: Re: nys + they say that time's supposed to heal you Dim 17 Avr - 12:06

Once upon a time
they say that time's supposed to heal you

Ma mère décéda dans la nuit d’une hémorragie interne sur la table d’opération. Les médecins assurèrent à mon père qu’ils avaient fait tout ce qu’ils avaient pu pour elle, mais que les dégâts causés lors de l’accident étaient trop importants. Il accepta leurs condoléances et rentra à la maison. Papa ! Mam.. Où est maman ? Pourquoi t’es rentré sans elle ? Leah, il faut que je te parle. Viens avec moi, on va aller chercher une glace ! Je veux pas une glace, je veux maman ! Quelques minutes plus tard, ma vie était chamboulée. J’allais aller vivre chez Grand-maman Gâteau puisque mon père travaillait trop pour s’occuper de moi correctement. Il avait toujours été très occupé par son travail, mais le décès de ma mère l’encouragea à travailler encore plus. Ses parents n’avaient jamais été très impliqués dans ma vie et c’était donc naturellement que Willa s’était portée volontaire pour s’occuper de moi. Leah, viens, on va aller à la maison. Dans les semaines qui suivirent, Willa revint plusieurs fois chez mes parents pour récupérer mes affaires. Mon père avait décidé de revendre la maison et de vivre dans un appartement. Ainsi il pourrait payer les factures en attentes, ne plus avoir d’hypothèque et il n’aurait plus autant l’impression de voir le fantôme de maman dans tous les recoins de la maison. En plus, quand il voulait me voir, il venait directement chez Grand-maman Gâteau qui avait une grande maison et il pouvait toujours dormir dans la chambre d’amis. L’enterrement de ma mère avait eu lieu une semaine après son décès avec uniquement quelques proches présents. J’étais restée avec Willa pendant quelques jours supplémentaires avant de retourner à l’école. Mon père et elle voulaient que ma vie soit le moins chamboulée possible. À cet âge-là, perdre ma mère était le chamboulement le plus gros que je pouvais imaginer alors que je sois à l’école ou pas ça n’aurait rien changé. Il me fallut longtemps pour pouvoir réaliser ce qu’il s’était passé. L’absence de ma mère était encore tellement fraîche que je pensais encore la voir rentrer à la maison un jour ou l’autre. Quand la porte s’ouvrait et que je ne savais pas de qui il s’agissait, une lueur en moi s’éclairait pensant que c’était peut-être la personne qui m’était le plus cher qui revenait me voir.

Coucou ! Tu vas bien ? Hello Nys, nickel et toi ? J’allais prétendre bien aller, mais je savais que Callie saurait que je mentais. Elle me connaissait bien assez pour savoir que cette période de l’année était la plus pénible. Cela faisait déjà dix ans que ma maman était décédée mais chaque année l’anniversaire de sa mort était encore quelque chose de pénible. À dix-sept ans, nous étions en train de finaliser notre inscription à l’université pour l’année suivante et nous espérions être acceptées toutes les deux au même endroit. J’avais décidé quelques années auparavant que je voulais devenir médecin, sans savoir ce que je voudrais faire exactement, et Callie voulait faire des études de médecines aussi, sans savoir si elle deviendrait médecin ou chercheuse. Nous souhaitions faire nos études ensemble et attendions des lettres de nombreuses universités. Inutile de répondre, mais je pense que j’ai quelque chose qui pourrait potentiellement rendre notre journée meilleure. Elle me tendit quelques lettres. T’es sérieuse on a reçu les réponses ? Elle était venue chez moi avec ses lettres et avait récupéré les miennes auprès de Willa avant de venir dans ma chambre. Nous nous étions toujours promises de les lire ensemble pour se soutenir en cas de refus et pour pouvoir célébrer ensemble en cas d’acceptation. Nous nous assîmes donc sur le sol de ma chambre et prîmes nos lettres devant nous. On commence par quoi ? L’université de Stockholm ? C’est notre préférée et comme ça au moins on saura si on doit déménager ou pas. Nous avions postulé dans toutes les universités de la région en espérant pouvoir rester dans notre région natale, mais nous envisagions aussi de déménager si une université plus lointaine était la seule à nous accepter. T’es sûre que ça va pas nous porter malchance ? Nous avions encore débattu pendant quelques minutes avant de commencer à ouvrir les lettres. Une quinzaine de minutes plus tard Willa entra dans ma chambre Je vous ai entendu crier jusque dans la cuisine, j’en déduis que c’est une bonne nouvelle ? Je n’avais pas trop parlé à Willa de mes projets de rester en ville pour continuer à vivre avec elle et à voir mon père. Je ne voulais pas qu’elle soit déçue si j’allais dans une université plus lointaine et que je quittais sa maison. Je reste vivre avec toi Grand-maman Gâteau ! Tu te débarasses pas de moi cette année ! Je n’eus donc pas à faire mes valises ou à prévoir un déménagement. Je restais à la maison et Callie restait avec moi. Nous nous réjouissions déjà de ces années universitaires qui nous attendaient et ne pouvions pas attendre de rencontrer pleins de nouvelles personnes, en particulier des garçons.


Dernière édition par Nys Westergard le Jeu 7 Juil - 13:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



♥️ I know I'm not the only one ♥️
You and me we made a vow for better or for worse. I can't believe you let me down but the proof is in the way it hurts. ♥️ You say I'm crazy, 'cause you don't think I know what you've done, but when you call me baby, I know I'm not the only one.
> messages : 137
> arrivé(e) le : 12/04/2016
> pseudo : the mad hatter
> avatar, © : julianne hough, ©scarlet glasses
> DC : gwen withfield & lexa mayberry
> âge : vingt-six ans
> ♡ statut civil : mariée en fuite
> études/métier : urgentiste
> à savoir sur moi : c'est top secret


MessageSujet: Re: nys + they say that time's supposed to heal you Dim 17 Avr - 12:06

Once upon a time
they say that time's supposed to heal you

Mes années universitaire me réservèrent bien plus que des rencontres et mes histoires de garçons furent moins importante que ce que je pensais. Je fis mes études de médecine à Stockholm et ensuite je commençai mon internat dans l'hôpital principal de la ville. Durant mon année d'internat, je reçu un appel de mon père pour me prévenir qu’il ne pourrait pas passer le week-end avec moi. Comment ça se fait ? Tu as trop de travail ? Mon père avait dû quelques rares fois annuler nos plans pour des raisons professionnelles, mais il ne m’avait jamais prévenue aussi tôt dans la semaine. Non, ma puce, j’ai eu un petit ennui de santé au travail et je dois aller faire des tests à l’hôpital. Ça risque de prendre le week-end alors reste avec Willa et je te donnerai des nouvelles dès que j’en saurai plus. À peine les premiers mots atteignirent mon cerveau, je commençai à paniquer. J’avais déjà perdu ma mère quelques années auparavant et l’idée de perdre le parent qui me restait était quelque chose que je n’étais pas prête à affronter. Tu vas à quel hôpital ? Je viens te tenir compagnie pendant tes tests. Comme tout père le ferait, mon père avait commencé par refuser que je vienne jusqu’à ce qu’il comprenne que j’étais prête à appeler tous les hôpitaux de la région pour le trouver et être à ses côtés si nécessaire. J’avais donc passé le week-end avec mon père et les divers employés de l’hôpital de Anchorage, dont certain que je connaissais. Une fois le week-end terminé, je rentrai chez Willa, tandis que mon père retourna au travail. Je n’eus pas de nouvelles pendant plusieurs jours, puis il se pointa chez Willa à l’improviste durant le souper. Luke, qu’est-ce qu’il se passe ? Il faut que je vous parle. Assyez-vous. J’ai eu des nouvelles de l’hôpital. Papa ! Qu’est-ce que tu as ? C’est grave hein ?! Tu aurais appelé sinon. Il nous annonça ce soir-là que les médecins avaient décelé un cancer et qu’il y aurait beaucoup de temps à passer à l’hôpital dans les mois suivants. En effet, les deux mois suivants furent très pénible avec la chimiothérapie, les semaines de repose et les nombreux autres traitements que mon père du subir. En plus, les frais médicaux n’étaient pas couverts par une assurance quelconque et donc les économies qui étaient prévues pour mes études furent rapidement dépensées pour permettre à mon père de continuer à se soigner. C’est à cette période que je fis la connaissance de Kyle. Alors que je faisais les courses pour Willa et moi, ma carte fut refusée à la caisse. Je suis désolée, je n’ai pas d’autres moyens de payement. Je vais aller reposer les produits en rayon. annonçai-je à la caissière, rouge de honte. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien penser. J’avais bien pensé que le peu d’argent qu’il nous restait de la vente de la maison ne durerait pas et que Willa n’était pas riche, mais je ne m’attendais pas à me retrouver sans le sous à la caisse du magasin. Laissez, c’est pour moi. Je me retournai surprise pour voir à qui appartenait le bras tendant une carte de crédit à la caissière. Je reconnu alors un autre élève de l’université. Il n’avait pas de cours en commun avec moi, mais je l’avais déjà vu plusieurs fois sur le campus. Oh non, c’est pas nécessaire, je reviendrai quand mon compte sera un peu plus rempli. Intérieurement je savais que c’était un mensonge. J’avais déjà travaillé pendant l’entier de mes études et tout cet argent s’était évaporé dans les soins pour mon père alors je ne voyais pas bien comment j’allais m’en sortir. J’insiste. Ce ne sont qu’une vingtaine de dollars. Je le haïs intérieurement quelques secondes tout en lui étant redevable. Merci mille fois. Ces quelques dollars, plus proche de la trentaine que de la vingtaine, étaient composés de tout ce dont Willa et moi avions réellement besoin pour tenir jusqu’à la fin du mois. Deux semaines de pâtes et de riz à venir avec quelques exceptions les jours ou nous pourrions trouvez quelque chose à mettre avec les pâtes ou le riz. C’étaient des aliments pas chers et puisque nos comptes approchaient le zéro c’était tout ce que nous pouvions nous permettre. Une fois mes courses rangées dans mon sac, je sortis du magasin. Mon ‘sauveur’ me rattrapa quelques secondes plus tard. Est-ce qu’il y a une chance que tu veuilles bien aller boire un verre avec moi ? Je le regardai surprise, puis je hochai la tête. Après m’avoir vue sans le sous à la caisse du magasin, il voulait toujours  Je veux pas que tu dises oui à cause de ce qu’il s’est passé, hein ! Non, non, c’est pas pour ça que je dis oui… Il avait l’air mal à l’aise d’avoir joué au prince charmant sauvant la demoiselle en détresse tout à coup. Il me tendit un stylo pour que je lui donne mon numéro et il me dit aurevoir de la main avant de partir vers sa voiture.

Je vous prononce mari et femme. Vous pouvez embrasser la mariée. Kyle m’embrassa et nous fîmes un grand sourire au prêtre. J’en reviens pas, Nys t’es mariée ! Je n’en revenais pas non plus. <||> Je n'avais eu qu'une relation durant mes études universitaires et cela avait peu duré puisque les cours ne me laissaient pas assez de temps libre pour avoir une relation sérieuse. Kyle et moi nous étions fréquentés pendant moins d’un mois avant qu’il ne me parle de son problème. Il était étranger et son visa avait expiré dès la fin de ses études, six mois plus tôt, mais il ne voulait pas quitter les États-Unis car s’il rentrait ses parents allaient le forcer à reprendre l’entreprise familiale. Il me proposa alors de me payer pour que l’on se marie et qu’il ait les papiers pour rester dans le pays. C’est pour ça que tu m’as invitée à boire un verre dès le début ? Oui, mais après je t’ai parlé et j’ai voulu faire les choses comme il faut. J’ai plus le temps de faire comme il faut. J’ai besoin de savoir si tu es d’accord. Faire les choses comme il faut ? Tu m’avais à peine rencontrée et tu voulais déjà m’épouser pour avoir les papiers… tu oses parler de faire les choses comme il faut ? Je l’avais envoyé paître puisque je ne supportais pas qu’il m’ait menti. Cela ne faisait même pas un mois que nous nous fréquentions et je découvrais que tout était basé sur un mensonge. J’avais fini par le recontacter une semaine plus tard. Les dernières factures pour les traitements de mon père étaient arrivées. J’avais menti en disant à Willa qu’il me restait encore des sous sur mon compte épargne pour mes études et j’avais envoyé un sms à Kyle pour le revoir. Tu es sûre que tu veux le revoir ? Il t’a menti. Je ne voulais pas le revoir parce que je voulais le pardonner. Je voulais le revoir parce que l’argent qu’il me proposait pourrait permettre de payer les factures de mon père pendant encore quelques temps alors que Willa et moi étions au bout de nos ressources. Voilà pourquoi je m’étais retrouvée, avec Callie me soutenant comme toujours, à la mairie avec Kyle et son témoin James. <||> Six mois plus tard, alors que j’avais fini mes études, j’eus une longue conversation avec Willa. Mon père s’était remis de son cancer et il allait se remarier et elle voulait me parler pour que je sache qu’elle comprenait que mon père ne pouvait pas pleurer ma mère pour le reste de sa vie. Il ne retrouvera peut-être plus jamais le même amour qu’il avait pour ta maman, mais ça ne l’empêche pas d’être heureux. Et puis toi tu l’as trouvé l’amour, non ? J’avais hoché la tête et j’avais en même temps senti une douleur immense, celle de la trahison. Je n’avais pas pu annoncer à mon père et à Willa que je m’étais mariée pour l’argent car je ne supportais pas l’idée de les décevoir et je ne voulais surtout pas que mon père se sente coupable. Il était persuadé que j’avais payé ses traitements avec les sous de mes études. En rentrant à la maison ce soir-là, j’étais dévastée. Le lendemain matin, alors que Kyle était au travail, je m’adressai au vide. Je suis désolée Kyle, je n’en peux plus des mensonges. Je fis donc mes bagages et je partis à l'aéroport sans lui révéler où je comptais aller. J'avais réussi à organiser un transfert pour avoir une place dans un autre hôpital vu que mon internat était maintenant fini. Quelques heures plus tard, j’arrivai à Londres où j’espérais pouvoir mener une vie normale durant mes dernières années de perfectionnement. Je laissais Kyle et notre mariage derrière moi et pour symboliser mon départ, je posai ma bague dans un tiroir, cachée de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: nys + they say that time's supposed to heal you

Revenir en haut Aller en bas
 

nys + they say that time's supposed to heal you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Camelot - Time Of Kings n'attend plus que vous ! [RPG]
» problème life time map updater
» Choose your last words This is the last time Cause you and I, we were Born To Die.. //Apple A NOTER
» MAC : BBOX / Disque dur / time capsule / time machine
» Bbox et Time machine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRASH IT, CHANGE IT :: ONCE UPON A TIME :: nice to meet you :: welcome baby-